Us et coutumes en Macédoine du Nord

Mentalités

La Macédoine du Nord est un pays au caractère assez méditerranéen, les gens sont généralement accueillants et chaleureux. La Macédoine du Nord est un pays qui cultive une vraie douceur de vivre, malgré tous les problèmes du quotidien. Le rythme de vie est plutôt lent et décontracté, le mot d’ordre étant « poleka ! » (lentement). Les horaires des repas sont assez similaires à ceux pratiqués en Espagne : on déjeune vers 14h et on dîne après 20h. La notion du temps en général n’est pas la même qu’en Europe de l’Ouest : la ponctualité est un concept parfois assez abstrait…

La Macédoine du Nord un pays très conservateur et les modèles familiaux et les rapports entre les sexes sont encore très traditionnels, notamment chez les Albanais. Parmi les minorités ainsi qu’en milieu rural, les codes et la culture sont parfois très éloignés des normes européennes. L’influence orientale peut être très forte dans les régions albanaises, tandis que dans les campagnes reculées, on retrouve des rites et des traditions multiséculaires qui sont à des années-lumières de nos considérations matérialistes occidentales. Dans les campagnes et dans les minorités musulmanes (Albanais, Turcs, Roms), le système patriarcal est resté si important que les mariages sont encore plus ou moins arrangés, et que toute décision doit être validée par le patriarche.

Les Macédoniens ont globalement un sort moins heureux que le reste des Européens. Le taux de chômage est élevé et les infrastructures ne sont pas toujours bonnes. On peut souvent ressentir un vrai manque d’opportunités, surtout pour les jeunes. Il y a un fort sentiment de fatalisme, surtout chez les plus âgés, qui croient parfois que tout est déjà écrit par Dieu. Les plus jeunes générations sont plus entreprenantes et expertes en débrouille et système D. La supertition a cependant de beaux jours devant elle : les Macédoniens accordent une grande importance à plein de petits détails, comme les courants d’air dans les maisons à éviter car ils apporteraient le mal.

 

S’habiller

La tenue vestimentaire n’est pas un souci en Macédoine du Nord. Si certains Turcs et Albanais s’habillent selon la tradition islamique, les Macédoniens ne font pas grand cas des tenues légères, par exemple. Visiter une église ou une mosquée exige néanmoins une tenue décente. Dans le cas d’une mosquée, il faut bien entendu enlever ses chaussures à l’entrée et les femmes doivent se couvrir la tête. Les Macédoniennes pieuses portent également un foulard pour aller à l’église mais ce n’est pas une obligation. En revanche, il faut éviter les tenues trop légères lorsqu’on veut visiter une église ou un monastère, qu’on soit un homme ou une femme (pas d’épaules nues, porter un pantalon plutôt qu’un short…). D’une manière générale, les shorts sont assez peu portés en Macédoine du Nord, en dehors de situations décontractées.

 

Sujets à éviter (ou à aborder avec des pincettes)

Les Macédoniens ne voient pas souvent de touristes et peuvent se montrer curieux voire méfiants, surtout à la campagne. Les conversations peuvent s’engager rapidement.

La politique et l’histoire sont deux sujets à aborder avec précaution. Les gens ont souvent des avis très tranchés. La Macédoine du Nord est encore en train de se construire en tant que nation et le nationalisme ambiant ajoute à la crispation identitaire. Il faut aussi savoir que des pays voisins, notamment la Bulgarie, dénient toute existence d’une nation macédonienne. Entre religion, passé socialiste, oppression ottomane, crise identitaire et un goût certain pour les théories du complot, les sujets de friction ne manquent pas.

Parmi les sujets brûlants, celui des minorités ethniques est également en bonne place. La minorité albanaise notamment est vue par une bonne part des Macédoniens comme une population obscurantiste qui prolifère (un peu comme certains Européens de l’Ouest perçoivent leur population immigrée…). De façon assez générale, les Macédoniens ont tendance à se sentir lésés par l’histoire, que ce soit par la longue domination ottomane, par les pays voisins qui ont longtemps voulu conquérir le pays, ou par leurs minorités internes, qui empêchent la constitution d’un véritable Etat nation et favorisent l’émergence d’un pays multiculturel.

Le nom actuel du pays, « Macédoine du Nord », a été adopté en 2019. Il a permis de résoudre un long différend avec la Grèce, qui refusait jusqu’alors qu’un Etat indépendant s’approprie le nom de « Macédoine ». En Macédoine du Nord, cet accord est perçu comme un moyen très pragmatique de mettre fin au différend et d’adhérer enfin à l’Union européenne (la Grèce bloquait toute négociation depuis 2004…). Néanmoins, pour les Macédoniens, ce nouveau nom n’est qu’un nom constitutionnel, valable pour les relations internationales. Ils considèrent donc toujours leur pays comme étant « la Macédoine ».

L’appellation ARYM ou FYROM (pour « Ancienne république yougoslave de Macédoine »), qui existait auparavant pour satisfaire la Grèce, était carrément considérée comme insultante en Macédoine.

 

Politesse

Les formules de politesse sont un peu moins utilisées en Macédoine du Nord qu’en France par exemple. Dans les commerces notamment, les vendeuses s’épargnent parfois les « bonjour » et « merci », ce qui peut laisser un impression de froideur au visiteur. Pour ne froisser personne, mieux vaut quand-même saluer comme il faut chaque interlocuteur.

Les Macédoniens se serrent volontiers la main pour se saluer, toujours en se regardant dans les yeux. Le regard dans les yeux est également très important lorsque l’on trinque. Les amis proches se saluent plutôt avec des accolades et des bises (trois), sauf dans les communautés musulmanes où les contacts physiques sont moins fréquents (tous comme les toasts et la consommation d’alcool). Les marques d’affection de couples sont plutôt mal vues en public.

Les Macédoniens sont très fiers de leur sens de l’hospitalité, et ils invitent facilement chez eux. Dans ce cas, vous pouvez ramener un petit cadeau, mais pas de nourriture (ce sont les hôtes qui prévoient le repas entier). Il n’y a pas cependant de grosse culture du cadeau en Macédoine. Les gens ouvrent plutôt leurs cadeaux une fois seuls ou en petit comité. Les visiteurs enlèvent habituellement leurs chaussures à l’intérieur des maisons. Les Macédoniens peuvent s’inviter pour un simple café, mais aussi pour de vrais festins. Lors des repas, il y a souvent bien plus que ce que les invités pourraient avaler, en nourriture comme en alcool. Refuser un plat ou une boisson peut être vu comme une offense, mais les gens respecteront vraisemblablement votre refus si vous avez un régime particulier.

Le sujet de la famille est très important dans la société patriarcale, et il permet d’avoir une conversation facile avec la plupart des gens. Les Macédoniens aiment pour la majorité parler de leurs proches. Le football est aussi un sujet qui peut faire mouche.


Retour à la page Côté pratique