Ohrid ottoman

Rue OhridLa « Jérusalem des Balkans » est surtout célèbre pour son patrimoine chrétien, mais elle possède aussi quelques témoins intéressants de l’occupation ottomane.

Les Turcs avaient plus ou moins délaissé la vieille-ville pour établir un nouveau quartier proche des voies de communication. Le patrimoine ottoman se trouve surtout dans le Bazar (« Čaršija »), à l’est de la vieille-ville. Ce bazar n’était pas aussi grand que celui de Skopje et il ne possédait pas de marché couvert.

MosquéeLe quartier est organisé le long de la rue Saint-Clément (« Sveti Kliment »). Sur cette rue, on peut voir la mosquée Ali Paša. Elle a sûrement été construite vers 1500, mais aucun document ne permet de certifier une date. Elle porte le nom de son mécène. La mosquée se distingue par un dôme à tambour polygonal. Elle a fait partie des rares mosquées des Balkans a avoir eu plus d’un minaret. L’un a disparu en 1912, l’autre bien avant, à une date inconnue.

Au bout de la rue Saint-Clément, on trouve la place de la République de Kruševo (« Kruševska Republika »). Cette place est ornée par un très vieux platane d’Orient. Il aurait 600 ans mais certaines légendes le font remonter au XIème siècle ou racontent qu’il a été planté par Clément d’Ohrid. Le platane est un point de rencontre populaire pour les habitants de la ville qui lui sont très attachés. Il a malheureusement souffert de plusieurs intempéries ces dernières années.

PlaceSur la place, on trouve aussi la mosquée Zejnel Abedin Paša, du XVIème siècle. Contrairement à la précédente, elle a toujours son minaret. Zejnel Abedin Paša vaut surtout pour son tekké. Un tekké est une sorte de monastère musulman pour les Soufis, notamment les derviches tourneurs. Celui d’Ohrid a d’ailleurs été fondé par un derviche, au XVIIIème siècle. Il faisait partie de l’ordre des Halvetis.

Le tekké comprend plusieurs bâtiments datant surtout du XIXème siècle : salles de prière, logements, salon pour le café… Il compte aussi un cimetière et un mausolée dans lequel repose son fondateur.

En allant vers la colline boisée derrière Notre-Dame de Kamensko, on peut trouver la tour de l’horloge d’Ohrid. Une telle tour est très courante dans les villes de l’ancien empire ottoman et la plupart des villes de Macédoine ont conservé la leur. Celle d’Ohrid date de 1726.

Retourner à la page Visiter Ohrid

Voir aussi :

Eglises d’Ohrid

Forteresse d’Ohrid

Théâtre antique

Publicités