Lac Prespa

Affiche touristique de 1958.

Affiche touristique de 1958.

Le lac Prespa est légèrement plus petit que le lac d’Ohrid, et aussi beaucoup moins profond. Il est partagé entre trois pays : l’Albanie, la Grèce et la Macédoine. C’est cette dernière qui en possède la plus grande surface. L’Albanie et la Grèce se partagent aussi le Petit Prespa.

Comparé au lac d’Ohrid, le Prespa a des allures désertiques. Peu de visiteurs, peu de villages, peu d’agitation… Seulement des oiseaux, des réserves naturelles et des plages tranquilles. Le lac a pourtant été une grande destination touristique à l’époque yougoslave.

Les emblématiques pélicans.

Les emblématiques pélicans.

Le lac a une faune très riche, avec un grand nombre d’oiseaux, dont les emblématiques pélicans. Jusque dans les années 1950, on pouvait voir des buffles se baigner dans le lac, mais ils ont presque disparu, le cheptel étant descendu à une cinquantaine de têtes pour tout le pays.

Voir aussi la page Baignade et bateau pour en savoir plus sur les plages du Prespa.

Y ALLER

Plan du lac (cliquer pour agrandir).

Plan du lac (cliquer pour agrandir).

Resen est une petite ville qui peut servir de base pour explorer les environs. Elle se trouve à une douzaine de kilomètres au nord du lac. Elle est bien desservie en car depuis Ohrid et Bitola. Compter une petite heure depuis Ohrid, il y a un car toutes les heures environ.

Depuis Resen, il y a quelques cars qui déservent les villages situés près du lac, par exemple Stenje et Oteševo, mais il n’y a qu’un ou deux passages par jour. Le taxi peut donc être une solution.

En voiture, deux possibilités se présentent lorsqu’on part d’Ohrid. On peut soit prendre la grande route qui contourne le massif de la Galičica par le nord, soit celle qui traverse directement le massif. La première est plus confortable et la seconde plus pittoresque (voir la page consacrée au Parc national de Galičica). La première route fait 35 km entre Ohrid et Resen, l’autre 70.

BONNES ADRESSES

L’offre hôtelière est nettement moins riche qu’au lac d’Ohrid. On trouve tout de même quelques beaux hôtels comme le Lakeview à Oteševo qui propose des chambres à 30 € et des emplacements pour le camping, et le Desaret à Peštani, avec des chambres entre 50 et 100 €. Les deux se trouvent près du lac et des plages. La région du Prespa compte aussi de nombreuses « guest houses », proposant un hébergement moins cher dans des petits établissements familiaux. On trouve par exemple la Guest House Lokoski à Peštani qui propose des chambres autour de 20 €.

VISITER

Il n’y a pas de route entre la Macédoine et la Grèce au niveau du Prespa, si bien que faire le tour en voiture est impossible à moins de faire un très grand détour par Bitola. Par ailleurs, du côté macédonien, la route ne suit pas toujours la rive du lac et fait des détours dans les terres.

Resen

Le Saraj de Resen.

Le Saraj de Resen.

Avec un peu moins de 9.000 habitants, Resen est une bourgade provinciale. Peu de choses à voir, à part une jolie église du milieu du XIXème siècle, très rustique, et une sorte de château néoclassique. Ce petit château, appelé « Saraj », a été construit au début du XXème siècle par un notable albanais, Ahmed Nyazi Bey, qui s’est illustré pendant la Révolution Jeune-Turque. En août, ce château héberge un festival de poterie.

A trois kilomètres au nord de Resen, le village de Jankovec possède un monastère féminin encore en activité, datant du XVIIIème siècle. L’ensemble est petit mais joli.

RIVE OUEST

Le lac vu d'Oteševo.

Le lac vu d’Oteševo.

Depuis Resen, une route longe toute la rive ouest jusqu’à la frontière albanaise.

Après une quinzaine de kilomètres, on atteint Oteševo. L’énorme hôtel Evropa, construit à l’époque yougoslave, est complètement abandonné. C’est un des vestiges de la grande époque touristique du Prespa.

Stenje.

Stenje.

Ensuite, 5 km plus au sud, on arrive à Stenje et ses plages. Le village offre de belles vues sur le lac, avec les montagnes au loin. Possibilité de prendre un bateau vers l’île de Golem Grad (voir plus bas).

Après 10 km, on arrive à Konjsko, village aux allures de bout du monde. Il est construit sur une sorte de péninsule, tout près de la frontière albanaise. La route entre Stenje et Konjsko n’est pas asphaltée, donc une bonne voiture est nécessaire.

A environ un kilomètre au sud de Konjsko se trouve une chapelle rupestre du XIVème siècle dédiée à Pierre et Paul. On peut y voir des fresques. La chapelle se trouvant sur une falaise surplombant le lac, l’accès n’est pas aisé.

Ile de Golem Grad

Golem Grad.

Golem Grad.

L’île de Golem Grad est accessible en bateau depuis Stenje et Konjsko. Plus d’informations sur la page dédiée à l’île.

RIVE EST

Ezerani

A une dizaine de kilomètres au sud de Resen, Ezerani est une réserve naturelle de 2.000 hectares. Elle comprend de nombreux écosystèmes : marais, dunes, prairies humides, vergers… Ces milieux sont le refuge de 200 espèces d’oiseaux. Un poste d’observation se trouve dans le village d’Asamati.

Kurbinovo

Eglise de Kurbinovo.

Eglise de Kurbinovo.

Après Asamati, en tournant à droite, on arrive à Kurbinovo. Ce village possède l’une des églises les plus précieuses du pays. L’église Saint-Georges est un édifice construit en 1191 à l’époque byzantine. L’extérieur modeste et épuré ne laisse pas présager les somptueuses fresques de l’intérieur. L’une d’elles est représentée sur le billet de 50 denars. L’église est souvent fermée, malheureusement.

Slivnica

Monastère de Slivnica.

Monastère de Slivnica.

Après Kurbinovo, continuer vers le sud en traversant la station balnéaire de Pretor. Slivnica possède une jolie plage ainsi qu’un monastère. Celui-ci se trouve dans les montagnes à 4 km du village. Dédié à Notre-Dame (« sveta Bogorodica »), il date de 1607. L’église conserve des fresques du milieu du XVIIème siècle.

Ljubojno, Brajčino et Dolno Dupeni

Ljubojno

Ljubojno.

Ces trois villages situés au bout de l’itinéraire sont tout à fait pittoresques et ils sont réputés pour leur architecture traditionnelle. Brajčino est d’ailleurs en train de devenir une référence dans le pays pour le tourisme rural.

(En savoir plus sur l’architecture traditionnelle macédonienne)

A Brajčino, on peut visiter le petit monastère Sainte-Parascève (« sveta Petka »), du XVIème siècle.


Retour à la page Région des grands lacs

Voir aussi :

Golem Grad

Parc national de la Galičica

Ohrid

Publicités