Kičevo

800px-Center_of_KičevoKičevo (prononcé « kitchévo ») est une petite ville de l’ouest de la Macédoine, d’environ 30.000 habitants. Elle se trouve à mi-distance entre Skopje et Ohrid, au fond de l’étroite vallée de la Treska. La vallée est cernée par deux hauts massifs montagneux, la Bistra à l’ouest et la Suva Gora à l’est.

Avec Tetovo, Gostivar et Kumanovo, Kičevo est l’une des principales villes albanaises de Macédoine. Les Albanais forment presque la moitié de la population, et on y trouve aussi une minorité turque conséquente.

Y ALLER

640px-Kichevo_X13

Boulevard Oslobuduvanje.

Kičevo est à 110 km de Skopje et à 60 km d’Ohrid. La ville se trouve au terminus d’une voie ferrée qui la relie à Skopje via Tetovo et Gostivar. Autrefois, la ligne se poursuivait jusqu’à Ohrid, et il existe un projet de reconstruction, afin de créer un chemin de fer jusqu’à Struga puis l’Albanie. Il n’y a que deux trains dans les deux sens chaque jour depuis Skopje, un rapide (compter un peu moins de 2 heures de trajet), et un omnibus. Un aller simple coûte 182 denars.

Kičevo est aussi reliée à Skopje par de nombreux bus toute la journée (environ 2h de trajet), ainsi qu’à Ohrid et de nombreuses autres villes macédoniennes. La gare routière et la gare ferroviaire sont situées à côté, au fond du boulevard Oslobuduvanje qui les relie au centre-ville.

VISITER

Kičevo est une ville très ancienne dont l’existence remonte à l’Antiquité. Son nom antique, Uscana, a été changé en Kičevo lors de l’arrivée des Slaves au début du Moyen-Age.

Китино_Кале_(1)

Vestiges de Kitino Kale.

Le principal lieu historique de la ville est Kitino Kale, un ancien château fort situé sur une colline. Cette colline qui surplombe la ville permettait de surveiller la vallée et elle est entourée par divers cours d’eau, comme la Zajaska, qui longe la ville par l’est, et l’Osojska, qui traverse le centre-ville. Un château fort a été construit au Moyen-Age sur cette colline, puis il a été réemployé par les Ottomans. Son nom, Kitino Kale, signifie « forteresse de Kita », Kita étant une soeur du roi Marko, qui a vécu au XIVème siècle. Le roi Marko, bien qu’il ait réellement existé, est surtout une figure légendaire, et aucune preuve ne permet d’affirmer que sa soeur a vécu à Kičevo.

De nos jours, la colline constitue le parc principal de la ville. Les restes du château sont peu visibles, mais on peut toujours deviner des bases de murs ou de tours, enfouis sous la végétation. Le site n’est pas très bien documenté, et aucune véritable fouille archéologique n’y a été menée. Le parc accueille également un ossuaire de la Seconde Guerre mondiale.

640px-Mosque_in_the_center_of_Kičevo

Mosquée Džuma.

Kičevo est une ville pauvre en monuments, et malheureusement, elle a perdu l’essentiel de son patrimoine ottoman. La Tour de l’horloge (« Saat kula »), datant de 1741, elle a été détruite par un incendie en 1926 et seule subsiste une partie des fondations. La mosquée principale, Džuma džamija, qui remonte au XVème siècle, a été sur-rénovée dans les années 1980 et elle n’offre rien de vraiment authentique. Selon une légende locale, elle serait située à l’emplacement d’une ancienne église médiévale, Sainte-Parascève.

Kicevo_narrow_gauge_train

Ḱirčo.

Devant la gare de Kičevo, on peut toujours voir un petit train à vapeur, qui empruntait la ligne étroite entre Kičevo et Ohrid. Cette ligne, commencée par les Bulgares pendant la Première Guerre mondiale pour acheminer leurs troupes, a été terminée dans les années 1920 et fermée dans les années 1960. Ce train est appelé Ḱirčo (« kyirtcho »).

Kičevo possède un petit musée, le musée de la Macédoine de l’Ouest (« Muzej za Zapadna Makedonija »), qui est consacré aux combats de la Seconde Guerre mondiale. Il se trouve dans une maison ancienne sur la place principale. Ouvert en semaine, entrée gratuite.

AUTOUR DE KICEVO

640px-Prečista_kičevskaA 10 km au sud de la ville, dans la montagne, on peut visiter le monastère de Kičevo, dédié à la Vierge Marie (« Sveta Bogorodica Prečista »). Il a été fondé au XIVème siècle, mais il a été abandonné après la conquête ottomane, avant d’être finalement restauré en 1848. Il s’agit d’un petit monastère comme la Macédoine en compte des dizaines, avec une petite église en pierre entourée de bâtiments monastiques en bois. Le monastère possède une icône réputée miraculeuse, qui aurait été déplacée ailleurs à trois reprises, mais qui serait revenue à chaque fois comme par magie.

Retour à la page Polog et Reka

Voir aussi ;

Poreče

Mavrovo

Villages de la Reka

Publicités