Kožuf

Bojmija
Le Kožuf vu depuis Gevgelija.

Le Kožuf (prononcé « kojouf ») est un petit massif montagneux situé tout au sud de la Macédoine du Nord, sur la frontière grecque. Le massif culmine à 2.171 mètres ; ce n’est que le dixième plus haut massif du pays. Cependant, sa situation isolée au milieu de régions basses accentue sa proéminence.

Longtemps, le Kožuf est resté une zone peu accessible et peu connue. il faut dire qu’en raison de sa position stratégique, il servait de base militaire à l’armée yougoslave. La petite station thermale de Smrdliva Voda était alors le seul endroit un tant soit peu touristique dans la région. En 2001, la construction d’une petite station de ski a changé la donne, et a permis au Kožuf de se faire connaître un peu plus.

La majeure partie du massif se trouve en Macédoine du Nord. Une petite partie appartient néanmoins à la Grèce, et en grec, le Kožuf s’appelle Tzéna (Τζένα).

 

Y aller

Route Uma
Route dans le massif.

Le Kožuf se trouve dans une des régions les plus reculées de Macédoine du Nord : il est entouré par des régions pratiquement inhabitées comme le Mariovo et le Haut-Tikveš, et les points d’accès routiers sont limités.

Le meilleur moyen d’atteindre le massif et sa station de ski est de partir de Gevgelija. De là, une assez bonne route permet de remonter sans trop de difficultés la vallée de la Konska. La station de ski est tout au bout de la route, en impasse.

Il est aussi possible d’explorer la partie nord du massif en partant du Tikveš. En descendant au sud vers Konopište, on atteint la petite région de la Bošava, qui porte le nom de la rivière qui la traverse. Par contre, il ne sera pas possible de rejoindre ensuite la station de ski.

Si on a pas de voiture, on peut rejoindre la station de ski en taxi depuis Gevgelija.

 

Visiter

Nature

kozuf
Sentier près de la station de ski.

Le Kožuf est une région qui est restée très sauvage et préservée. C’est l’un des refuges macédoniens du lynx. On y trouve aussi des loups. Le massif sert de point de passage entre la Macédoine du Nord et la Grèce pour les ours bruns. La flore locale est également très riche. La montagne est surtout couverte de forêts de hêtre et de sapins. Le sous-sol, d’origine volcanique, renferme de nombreux minéraux rares. La mine d’Alšar, exploitée de 1880 à 1908, était le seul lieu d’extraction au monde de thallium. Le même filon, qui contient encore une quantité conséquente de thallium, renferme aussi de la lorandite.

La petite station de ski, construite à partir de 2001, est située à plus de 1.600 mètres d’altitude. Elle est entourée par plusieurs chemins de randonnée qui permettent de se promener au sommet du massif. Malheureusement, les possibilités sont vite limitées car il n’est pas possible de rejoindre le côté grec (ce qui équivaudrait à une entrée illégale) et que les chemins ne s’éloignent guère de la station. Il existe cependant un projet de recréation d’un chemin qui irait jusqu’au massif voisin du Nidže.

Konopist
Paysage de la Bošava.

La région de la Bošava, dans la partie nord, est incroyablement sauvage et isolée. On peut y accéder depuis le Tikveš et Kavardarci. Cette région est traversée par la rivière Bošava, ainsi que plusieurs affluents. L’un d’entre-eux, la Došnica, passe pour être la rivière la plus propre du pays ; elle se fraie un chemin loin de toute civilisation, dans une étroite vallée couverte par la forêt.

Après le village de Konopište (36 km de Kavadarci), on peut voir une série de cheminées de fée, sculptées par la nature dans la roche. Celles-ci s’appellent les Cucki (« tsoutski ») ou les Kanjite (de « kanja », qui désigne le percnoptère, grand rapace). Avant le village de Konopište, il y a le petit monastère de Dolna Bošava, fondé au XIXème siècle.

 

Villages

Smrdliva Voda
Smrdliva Voda.

Le Kožuf comprend plusieurs villages typiques. Les villages du côté nord, comme Konopište et Radnja, se rattachent plutôt culturellement au Mariovo, tandis que ceux situés sur la route de Gevgelija forment la petite région historique du Vlahomeglen.

La localité la plus connue est Smrdliva Voda, une petite station thermale sur la route de Gevgelija. Son nom signifie « eau puante », et évoque les odeurs de souffre de son eau minérale. La station est située à 24 km de Gevgelija. Son eau est toujours utilisée pour le traitement de maladies des reins et de l’estomac. Jusqu’à la construction de la station de ski, la station était le principal point d’exploration du massif.

Huma
L’église d’Uma.

Le Vlahomeglen comprend les villages les plus intéressants de la région. Cette petite région historique s’étend aussi en Grèce, et seuls trois villages macédoniens en font partie. Il s’agit de Konsko, Huma et Sermenin. Cette petite région est une sous-division du Meglen, ancienne province de la Macédoine grecque (connue en Grèce sous le nom d’Almopie). Le Vlahomeglen est, comme son nom l’indique, peuplé historiquement par la minorité valaque (voir Peuples et minorités en Macédoine du Nord). La région vivait autrefois de l’élevage de vers à soie.

Konsko, situé sur la route entre Gevgelija et la station de ski, juste avant Smrdliva Voda, est le plus accessible de trois villages. On y trouve une fontaine ancienne ainsi qu’une jolie église du XIXème siècle, qui possède (fait assez rare dans la région) un clocher. Huma, également appelé Uma, est un village situé à l’écart de la route principale, tout près de la frontière grecque. Son église, qui date également du XIXème siècle, renferme une superbe décoration colorée inspirée de l’art folklorique.

 

Ski

La station du Kožuf est récente et petite, et son domaine skiable n’est pas aussi étendu que la station phare du pays : Popova Šapka. En revanche, elle bénéficie généralement d’un meilleur enneigement que certaines autres stations de la région, comme Mavrovo. En effet, bien qu’elle soit à moins de 100 km de la mer Egée, elle bénéficie de vents froids favorables en hiver, et son exposition nord évite une fonte trop rapide. La station est généralement ouverte pendant tout l’hiver.

Le domaine comprend douze pistes et trois remontées mécaniques, dont un télésiège ultra-moderne. La station attire des Macédoniens, mais aussi de plus en plus de Grecs. Le forfait journalier est à 700 denars (900 le week-end), soit une misère comparé aux tarifs pratiqués en Europe occidentale. L’hébergement dans la station est assez cher, cependant. Deux chalets proposent des chambres (Villa Todorova et Villa Green House), autour de 60 euros la nuit.

Retour à la page Povardarie

Voir aussi :

Gevgelija

Tikveš

Mariovo

Nidže