Aqueduc de Skopje

Aqueduc de SkopjeAvec Nîmes en France, ou Ségovie en Espagne, Skopje fait partie du club assez restreint des villes qui possèdent leur aqueduc. Par contre, l’aqueduc de Skopje n’a pas été construit par les Romains, mais par les Ottomans, et il est donc bien plus récent que le Pont du Gard, par exemple.

L’aqueduc est situé à l’écart de la ville, au milieu d’une prairie. Cet endroit de la ville n’est ni le plus beau, ni le plus propre, et autant le dire tout de suite : le site n’est absolument pas aménagé pour le tourisme. Il n’y a ni panneau, ni parking, et le monument en lui-même n’est pas entretenu. C’est malheureusement le sort de nombreux sites historiques macédoniens.

Malgré son relatif abandon, et sa situation excentrée et peu pratique d’accès, le monument est plutôt impressionnant, et il mérite le détour.

 

Y aller

AqueducRejoindre l’aqueduc peut vite être décourageant, surtout sans plan ni voiture. Pour voir avec précision où il se trouve sur Google Maps, cliquer ici.

Le site n’est pas très connu des chauffeurs de taxi, mais on peut toujours essayer de leur demander « akvadoukt ». Il faut aussi savoir que l’aqueduc n’est pas directement accessible en voiture, donc il faudra quand-même marcher un peu.

En voiture, il suffit de rejoindre le boulevard Nikola Karev puis le boulevard Slovenija, de là prendre une petite rue avec quelques maisons (sans nom mais dans le prolongement de la rue Kačanički qui se trouve de l’autre côté du boulevard). Ensuite, un chemin sur la gauche conduit à l’aqueduc.

A pied, en partant du centre, il faut marcher sur au moins 4 km, les quartiers traversés ne sont pas les plus folichons de la ville (proximité des quartiers roms, d’une grande caserne militaire et de boulevards périphériques). On peut toutefois prendre un bus pour se rapprocher du site (par exemple la ligne 20 depuis la gare routière). Ensuite, le meilleur moyen d’arriver est de suivre le cours de la Serava, un petit affluent du Vardar que l’aqueduc franchit.

Étant donné que l’aqueduc se trouve juste à côté d’un terrain militaire, il faut faire attention de ne pas trop s’éloigner du chemin, et de ne pas prendre de photos en direction de la caserne.

 

Histoire

Arches aqueducL’histoire de l’aqueduc est très mal connue. Certains disent qu’il remonterait à l’époque romaine, mais cela est très peu probable. Il suffit de regarder l’appareil cloisonné des murs (avec des pierres entourées de briques plates), qui est tout à fait typique de l’architecture ottomane, et surtout penser qu’à l’époque romaine, la ville ne se trouvait pas à son emplacement actuel, mais sur le site de Scupi, donc s’il datait de l’Antiquité, l’aqueduc ne devrait pas être orienté vers le Vieux bazar

Selon toutes vraisemblances, l’aqueduc aurait été construit au XVIème siècle. Les Ottomans l’auraient construit pour approvisionner en eau leurs hammams, dont certains sont encore visibles dans le Vieux bazar. Le monument est la dernière partie visible d’un immense conduit de dix kilomètres de long, qui partait de sources dans la Crna Gora et s’achevait dans le bazar. L’aqueduc a pu être abandonné à la suite du terrible incendie de 1689, qui a entraîné un long déclin de la ville.

 

Architecture

Aqueduc ruinesL’aqueduc est construit en appareil cloisonné, c’est à dire que ses pierres sont séparées les unes des autres par des briques plates. Ce moyen de construction esthétique mais très coûteux n’était utilisé que sur les monuments importants. On le retrouve ainsi sur des églises byzantines et sur des mosquées et des hammams ottomans, en Macédoine ainsi qu’en Grèce, en Turquie ou en Bulgarie.

L’appareil cloisonné n’est pas apparu avant le Xe siècle en Macédoine. Les théories selon lesquelles l’aqueduc aurait été construit par les Romains ou par l’empereur byzantin Justinien ne tiennent donc pas debout.

L’aqueduc a été en partie détruit : on estime qu’il comptait au moins 200 arches, alors qu’il n’en reste plus que 55. Une partie du monument a été restaurée il y a quelques années, mais le reste est en mauvais état. Malgré son abandon apparent, le site a fait l’objet de divers projets, avec par exemple l’aménagement d’un grand parc autour de l’aqueduc et à la place de la caserne, mais il est peu probable que cela soit réalisé dans les prochaines années.

Retour à la page Skopje

Voir aussi :

Forteresse de Skopje

Scupi

Vieux bazar

Tauresium